Entrées par

Canada : un salon virtuel de l’emploi

Canada : un salon virtuel de l’emploi

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTES

16 février 2021

canada forum expatriation

Malgré la crise sanitaire liée au Covid, le Canada ouvre grand ses portes aux Français avec des milliers de postes disponibles.

Mais cette année, c’est sous un format virtuel que se tiendra le salon Destination Canada forum mobilité. Il aura lieu du 26 au 28 février 2021.

Cette 16ième rencontre entre employeurs canadiens et des candidats francophones est organisé par le gouvernement canadien.

Les candidats prêts à l’expatriation pour le Canada auront ainsi tous les renseignements.

Le salon est entièrement gratuit pour tous les visiteurs.

Des secteurs en forte recherche de candidats prêts à l’expatriation

Le Canada attire les Français désireux de s’expatrier. Les grands espaces verts, une économie en pleine croissance sont autant d’atout pour convaincre des candidats francophones prêts à l’expatriation.

Le gouvernement canadien affiche clairement ses objectifs : ils souhaitent accueillir plus d’un million de nouveaux immigrants d’ici 2023.

Le Canada soufre d’une pénurie de main d’œuvre qualifié sur l’ensemble de son territoire et dans divers secteurs. Le Canada est un pays 20 fois plus grand que la France. De plus, il doit faire face au vieillissement de sa population.

Mais au-delà d’un travail, il souhaite aussi offrir un cadre de vie idéal.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Quels sont les secteurs qui recrutent au canada des expatriés ?

Les secteurs sont très variés, on peut noter :

Doctor

Santé et social

Éducation, petite enfance, professionnel de la médecine

Passeport Biometrique

Numérique et digital

Technologies de l’information, jeux vidéo, effets spéciaux

Guichet Unique Assurance Expatrié

Commerce

Hôtellerie-restauration, esthétique

Voiture Expatrié

Automobile & Transport

Chauffeurs routiers, mécanique – réparation automobile et vélo

Fièvre Jaune Urbaine

BTP

Chefs de projets, menuisiers, chauffagistes

Comment participer au salon virtuel Destination Canada forum mobilité ?

Il convient tout d’abord de vous inscrire sur le site Destination Canada.

Vous devrez ensuite préparer votre CV si possible en français et en anglais. Il est conseillé d’opter pour un CV en modèle canadien ; il y a quelques particularités.

Quelques astuces sur le CV canadien

  • Votre CV peut faire plus d’une page (3 au maximum)
  • Le format d’impression est en 21,6 × 27,9 cm
  • Éviter les informations personnelles (photos, âge, situation matrimoniale). Cela peut être jugé comme discriminant par les employeurs.
  • Votre expérience doit être mise en avant. Vos aptitudes comptent plus que vos diplômes.
  • Trouver les équivalences de vos diplômes avec ceux canadiens. Un Brevet de technicien supérieur (BTS) correspond à un Diplôme d’études collégiales techniques.
  • Les expériences personnelles sont aussi valorisantes que les expériences professionnelles. Ainsi une mission de bénévolat, d’encadrement ou d’instructeur dans une association ont toute leur importance.
  • Enfin soigner votre lettre de motivation, elle est indispensable pour postuler au Canada.

Faut-il être bilingue pour s’expatrier au Canada ?

Il est certain qu’avoir des bases d’anglais ou d’être totalement « Fluent » est un atout pour obtenir un poste au Canada en expatriation. Mais pas de panique, de nombreux postes sont proposés à des francophones qui souhaitent s’expatrier.

Comment se déroule le salon Destination Canada forum mobilité ?

Après vous être inscrit, vous aurez accès à des conférences. Les thèmes aborderont les différents programmes d’immigration comme la résidence temporaire, résidence permanente.

D’autres traiterons du marché du travail canadien. Il vous apportera des conseils, les réseaux pour bâtir votre recherche d’emploi.  Le thème de l’entreprenariat et prépare son expatriation sont aussi évoqués.

De plus, vous aurez accès à des centaines de kiosques avec des exposants représentant les entreprises qui recrutent ou les institutions canadiennes.

Bref, un vraie mine d’information pour prépare au mieux votre expatriation.

Peut-on s’expatrier au canada compte tenu de la crise sanitaire ?

Un projet d’expatriation est une aventure sur le moyen terme, donc votre départ n’est pas pour demain. À ce jour, les conditions d’accès au Canada sont relativement strictes.

Il faut que vous soyez en possession d’une offre de travail, avec un permis de travail. À votre arrivée, vous devrez présenter un test PCR à l’aéroport. Enfin le confinement est obligatoire (3 jours dans un hôtel). La dernière étape est une période d’isolement de 11 jours ans aucune possibilité de sortir.

Réussir son expatriation : la check-list indispensable

Réussir son expatriation : la check-list indispensable

TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTES

5 février 2021

Check List Expatriation

Ca y est ! Vous y êtes. Votre projet d’expatriation se concrétise. Par choix professionnel ou par envie d’une nouvelle vie, vous avez décidé de partir à l’étranger.

Attention, la route est encore longue. Avant votre départ, vous devrez gérer de nombreuses démarches. L’anticipation et l’organisation sont les clés de la réussite de votre expatriation.

On vous éclaire sur le sujet.

Connaitre son pays d’expatriation

Nouveau pays, nouveaux usages, nouvelles coutumes. Une nouvelle culture s’offre à vous, avec des rites et des codes qui peuvent vous dérouter.

Afin de faciliter votre intégration et ne pas commettre d’impair, il est important de vous renseigner sur votre nouveau pays de résidence.

Les sources d’informations sont multiples. Les réseaux sociaux et des applis mobiles peuvent vous aider. Les groupes Facebook sont très actifs (Français à Budapest, Retraite et expatriation en Thaïlande,). Les membres de ces groupes vous donneront de précieux conseils.

Les démarches administratives avant son départ en expatriation

Là aussi, la liste est longue. Mais avec de la méthode, vous ne devriez rien oublier.

Vos documents de voyages

Passeport Biometrique

Votre passeport

vérifier s’il est nécessaire dans votre pays d’expatriation. Attention au délai, pour l’obtenir. À l’approche des vacances scolaires cela peut prendre plus de temps.

Visa E1

Le Visa

Un visa est-il nécessaire dans votre nouveau pays de résidence ? Les démarches peuvent longues et compliqués. Il faut s’y prendre à l’avance. Consulter le Consulat ou le service consulaire de l’Ambassade du pays d’expatriation.

Permis Conduite Expatrié

Le permis de conduire

votre permis français est-il valable dans votre pays d’expatriation ? Devez-vous opter pour un permis international ?

Protection Données Sante Mobility

Sécuriser vos documents

faites un scan de tous vos documents importants (livret de famille, passeport, carte d’identité). Mettez-les dans votre cloud ou un coffre numérique afin qu’il soit accessible à tout moment.

Là aussi, la liste est longue. Mais avec de la méthode, vous ne devriez rien oublier.

Prévenir les administrations

Là aussi les organismes à prévenir sont nombreux :

  • Caisse de retraite
  • Caisse d’allocations familiales
  • Caisse primaire d’assurance-maladie
  • Le centre des impôts
  • Pôle Emploi, si vous y êtes inscrits
  • Le rectorat ou les établissements scolaires de mes enfants
  • Votre fournisseur d’énergie (gaz, électricité) et l’eau.

Bien entendu, n’oubliez pas de résilier vos abonnements internet, assurance auto et habitation.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Trouver un logement en expatriation

C’est un point à anticiper. Il faut tout d’abord définir votre budget et vos besoins.

Ciblez les bonnes périodes pour déménager. Vérifier les périodes scolaires d’été dans votre pays d’expatriation, propice au départ des expatriés.

Pour plus d’information, consulter notre dossier : comment trouver un logement à l’étranger ?

Préparer son déménagement

De nombreux expatriés le disent, c’est le moment de faire du tri et du rangement. Identifier les objets indispensables ou ceux qui coûtent beaucoup plus cher à l’étranger.

Vous pouvez vous poser la question, par exemple pour votre voiture.

Enfin, choisissez un déménageur spécialisé, il vous conseillera aussi sur la formalité douanière.

Bon à savoir : il existe une certification FAIM ((FIDI Accredited International Movers). Ce label permet d’avoir une certaine qualité de prestation.

 

Ma banque en expatriation

Vous devrez prévoir un rendez-vous avec votre conseiller bancaire. Votre banque est-elle en mesure de vous apporter les services en lien avec vote nouveau statut d’expatrié ?

Cela concerne vos moyens de paiement, les transferts internationaux. Et surtout quels sont les coûts associés à ces services.

Pour bien choisir sa banque spécialisée expatrié, lisez notre article.

Choix Banque Expatriation

Santé : ma protection sociale et mon assurance en expatriation

En premier lieu, il est nécessaire de faire un bilan de santé pour chaque membre de la famille.

  • Prise de sang
  • Bilan dentaire
  • Consultation ophtalmologique
  • Check up

Si possible, engager le maximum de dépenses pour votre santé avant votre départ.

Pouvez-vous emmener avec vous votre traitement médical ? Une formalité administrative est-elle prévue aux frontières ?

Renseignez-vous sur les vaccinations obligatoires dans votre pays d’expatriation. Un vaccin contre la COVID est –elle nécessaire ?

Enfin et néanmoins primordiale, pensez à souscrire à une assurance expatrié ou internationale. Pour choisir entre une assurance complémentaire CFE ou une assurance au premier euro, vous pouvez utiliser notre comparateur santé expatrié.

Retraite et prévoyance

Selon votre contrat de travail ou votre statut d’indépendant, vous ne pouvez plus cotiser pour votre retraite ou ne plus bénéficier d’une prévoyance décès invalidité.

Il est possible de continuer à cotiser via la caisse des français de l’étranger (CFE).

De même, pour la prévoyance, vous pouvez opter de souscrire des garanties auprès d’un assureur spécialisé.

Il sera à même de vous proposer des garanties décès toutes causes, Invalidité et des indemnités journalières en cas d’arrêt travail.

Cela peut être inclus dans votre assurance santé expatrié au même titre que l’assistance rapatriement et votre responsabilité civile vie privée.

Scolarité et éducation de mes enfants lors de mon expatriation

Le choix de l’école pour vos enfants est très important, tant pour leur équilibre que pour leur intégration.

De nombreuses options s’offrent à vous comme une école locale ou une école internationale.

Il existe de nombreux établissements scolaires français à l’étranger. L’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger) ou la MLF (Mission Laïque Française) disposent d’un réseau très étendu.

C’est une étape à anticiper, afin de s’assurer de la continuité de la scolarisation de vos enfants.

Quelle fiscalité lors d’une expatriation ?

Il faut aussi se poser la question de l’impact sur sa fiscalité, son patrimoine et sa succession avant son départ.

Comme pour sa santé, un bilan patrimonial est à effectuer. Il est fréquent que les expatriés soient mal informés sur des questions liées au droit à la retraite ou d’investissement en France depuis l’étranger.

De même, si vous partez loin de la France, il se peut que vous ayez toujours une obligation de déclarer vos revenus en France.

Enfin en cas de succession, quelle sera la loi applicable lors de votre décès ?

Expatriation : comment préparer et financer sa retraite ?

Expatriation : comment préparer et financer sa retraite ?

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES

20 janvier 2021

Expatriation Retraite Invetissement

La question de la retraite est primordiale pour les expatriés. En partant à l’étranger, on peut arrêter de cotiser au régime d’assurance vieillesse français.

Comment se constituer un capital retraite lors de mon expatriation ? Comment préparer un complément de retraite ? on vous éclaire sur le sujet.

Quand on parle de capital retraite et organisation patrimonial, on a deux grandes possibilités : une épargne financière et un capital immobilier.

L’épargne financière pour les expatriés

L’assurance-Vie

Elle reste le placement financier préféré des expatriés français. Elle a un double avantage, c’est un instrument d’épargne et de transmission du capital.

De plus, elle offre une large gamme d’investissements (support obligation, action, multi support).

Au niveau de la gestion, les banques vous offrent la possibilité soit de piloter vous-même votre épargne, soit de la faire gérer par un conseiller spécialisé.

Votre argent est disponible à tout moment. Vous pouvez programmer des versements réguliers. Dans le cas d’une rentrée d’argent inopinée, elle peut aussi accueillir des versements libres.

La fiscalité française est avantageuse tant sur les plus-values de votre contrat que sur la transmission.

C’est pourquoi, il faut vérifier que dans le pays dans lequel vous êtes expatrié un contrat d’assurance-vie a une existante légale et juridique.

Il peut être assimilé à l’étranger à un placement quelconque et donc être imposable. Il faut donc aussi vérifier sa fiscalité dans votre pays d’expatriation.

Le plan épargne en action

C’est aussi un outil pour préparer sa retraite.

Ce produit d’épargne permet d’acquérir des actions d’entreprise européennes et de bénéficier, sous conditions, d’exonérations d’impôts.

Il est réservé aux résidents fiscaux français. Cependant, depuis le 20 mars 2012, les résidents fiscaux français en expatriation peuvent conserver leur PEA. Il faudra que votre pays d’expatriation ne soit pas considéré comme un Etat ou territoire non coopératif (ETNC).

Avantages

  • Rente viagère disponible après 8 ans minimum
  • Après 5 ans de détention, vos produits et plus-values sont exonérées d’impôts sur le revenu.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Le capital immobilier

Pourquoi l’immobilier est intéressant pour les expatriés ?

Grâce au crédit et à son effet levier, il vous permet de constituer immédiatement de la valeur. En effet, les loyers encaissés de la location du bien viennent rembourser en partie votre emprunt.

Les loyers perçus sont indexés chaque année, permettant de protéger vos revenus face à l’inflation.

pour plus d’informations consultez notre article : Investir dans l’immobilier en tant qu’expatrié

 

Pourquoi l’immobilier est intéressant pour les expatriés ?

Nous pouvons retenir principalement 4 solutions :

Location Expatrié

L’achat dans l’ancien ou le neuf

Pour un achat locatif dans l’ancien, votre futur bien peut-être vide ou occupé. Il faudra prévoir certains travaux (entretien, isolation, …) et regarder les charges de copropriété.

Pour le neuf, vous pouvez acheter un programme en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement). C’est-à-dire que vous achetez sur plan.

Côté fiscalité, vous pouvez opter pour le régime des revenus fonciers ou le BIC (bénéfices industriels et commerciaux) en cas de location meublé.

L’achat locatif qu’il soit dans le neuf ou l’ancien offre un rendement faible, après impôts. Il permet principalement de se constituer un capital.

Plus Value Expatrié

L’achat en nue-propriété

Cette technique consiste à acheter un bien, à en avoir la propriété, mais pas l’usufruit.

L’usufruit est la jouissance du bien. Vous ne pourrez donc pas utiliser ce bien, ni en percevoir de revenus. Le plus souvent, l’usufruitier est un bailleur institutionnel.

Au bout d’une période définie, vous récupérez automatiquement l’usufruit du bien. Dans une période de deux ans préalable à cette fin de démembrement vous récupérez le bien qui aura été entièrement rénové par l’usufruitier.

L’avantage est que vous n’avez rien à débourser durant la période de démembrement.

Pour un expatrié, vous n’avez aucun souci de gestion (pas d’assemblée générale, gestion des travaux et locataires).

house (1)

Achat en résidence gérées avec services

Cela concerne les résidences de Tourismes, d’affaires, étudiantes, EHPAD et les résidences séniors.

Vous êtes dans un statut dit LMNP (loueur Meublé Non professionnel). Votre fiscalité applicable est celle des BIC. À ce titre vous bénéficiez de l’amortissement de l’investissement.

Vous aurez donc sur les revenus locatif une fiscalité très avantageuse.

Vous allez signer dans ce cadre un bail sur une durée de 8 à 12 ans, vous pourrez donc connaître vos revenus à l’euro près.

Pour ce type d’investissement mieux vaut s’orienter vers un conseiller spécialiste.

Ifi

Les SCPI pour les expatriés

L’investissement en Sociétés Civiles de Placement Immobilier est possible pour les non-résidents. La mise de départ peut commencer à quelques milliers d’euros.

Il s’agit d’un investissement dans des bureaux, commerces, et locaux d’activité.

Il est possible d’acquérir des SCPI en nue-propriété. Il n’y a pas de perception de revenus immédiatement. En cas de lourdes fiscalités, cela peut être avantageux.

Le rendement locatif est assez élevé, mais les revenus ne sont pas garantis. La liquidité de ce placement est faible. La durée de détention conseillée est de 10 ans.

Si vous achetez des parts SCPI à crédit, les intérêts d’emprunts sont déductibles que si vous les possédez en pleine propriété.

Comment financer son projet immobilier en tant qu’expatrié ?

Il est souvent intéressant de souscrire un prêt. Pour cela mieux vaut vous orientez vers une banque spécialisée pour les expatriés.

Elle peut vous apporter des solutions, notamment pour votre assurance emprunteur.

Toutes ses possibilités d’investissements sont possibles si bien sûr ils sont réalisés en France et si vous souhaitez conserver un lien avec la France.

Il convient de vérifier la fiscalité des revenus et plus-values selon votre pays d’expatriation.

S’expatrier à Taïwan, Singapour, Hong Kong

S’expatrier à Taïwan, Singapour, Hong Kong

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES

29 décembre 2020

Taiwan Singapour Hongkong Expatriation

Elles font partie des quatre dragons asiatiques avec la Corée du Sud. Places dynamiques de l’économie asiatique, elles attirent chaque année de plus en plus d’expatriés français.

Quels sont leurs atouts ? peut-on s’y expatrier en famille ? Comment trouver un emploi ?

On vous éclaire sur le sujet.

Taïwan

Baptisé Formose par les marins portugais, Taiwan possède bien des atouts pour les expatriés.

D’après une enquête auprès de 20 000 expatrié, cet état insulaire à l’est de la Chine est le meilleur pays pour les expatriés.

Taiwan : culture et sécurité

Taïwan est réputé pour un taux de délinquance et de criminalité très bas. Le sentiment d’insécurité est quasiment inconnu.

Les Taïwanais sont très disciplinés. Vous serez surpris par leur respect des règles. Par exemple, on fait la queue pour attendre le métro.

Taipei, sa capitale, compte environ 2,6 millions d’habitants (hors métropole). La langue officielle y est le chinois mandarin.

Le coût de la vie y est abordable. Pour un appartement de 85 m 2 dans la capitale, il faut compter dans les 1 300 €. Nourriture et transports en commun y sont moins chers qu’en France.

Concernant le marché du travail, Taïwan est un secteur de pointe de la technologie de l’information et de communication. Les métiers dans l’enseignement du français et de l’anglais y sont aussi recherchés.

Pour bénéficier du système de santé taïwanais (National Health Insurance), vous devez être en possession d’une carte de résident.

Cette carte est appelée l’Alien Permanent Residence Certificate » (APRC). Il faut être marié à un citoyen taïwanais et/ou prouver 5 ans de résidence dans le pays.

Le système de soins est de bonne qualité, mais concentré sur les grandes villes de Taiwan.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Hong Kong

Cette ancienne colonie britannique rétrocédée en juillet 1997 à la Chine est aussi surnommée le « port aux parfums ». C’est aussi l’un des places financières les plus importantes au monde.

De nombreuses sociétés étrangères y sont implantées.

Cette métropole récence quelque 7 millions d’habitants. C’est l’un des plus grands ports du monde.

De nombreux expatriés y sont présents. En majorité, on retrouve des Britanniques et des Américains. On estime à 25 000 le nombre d’expatriés français.

Hong Kong, côté nature

 

Nature et espaces verts sont très présents dans les centres-villes. Situé entre mer et montagne, vous trouverez de nombreux parcs à visiter et des centaines de kilomètres de sentiers pour des randonnées et des treks.

Vous pourrez flâner dans les nombreux parcs disponibles dans Hong Kong pour découvrir le style traditionnel chinois (Nan Liane Garden) ou bien la faune et la flore locale (jardin Botanique et Zoologique de Central).

Chi Lin Temple Nan Lian Garden

Hong Kong coté Ville

Le secteur tertiaire constitue l’essentiel de l’activité économique de cette ville qui est la plus riche de la Chine continentale.

Le rythme de travail est très dense. Légalement les horaires hebdomadaires sont entre 40 et 48 heures, mais de nombreux salariés travaillent beaucoup plus. Il y a un jour de repos par semaine et un minimum de 12 jours de congés par an.

Les secteurs qui recrutent le plus sont :

  • La finance,
  • L’automobile,
  • L’informatique,
  • Le tourisme,
  • Le commerce,
  • La communication et de l’enseignement

Avoir un réseau solide est un atout pour sa recherche d’emploi.

Le système de soins hongkongais est l’un des plus chers du monde. Il existe un système public quasiment gratuit, mais réservé aux résidents.

Le système privé est très onéreux et concerne les expatriés.  Il permet un accès à un large de choix de praticiens et surtout de bénéficier d’une pris en charge plus rapide. En effet, dans le secteur public le délai d’attente peut dépasser 10 mois pour une intervention chirurgicale.

Il est donc important de souscrire à une assurance santé expatrié vous laissant le choix des structures de soins et des patriciens.

Singapour

Cette île cité d’Etat compte une population de 5,1 millions d’habitants. Elle se compose de 65 îles dispersées autour du détroit de Singapour.

Elle fait partie du Top 5 des villes où il fait bon s’expatrier. Il faudra tout de même vous habituer au climat singapourien, il est chaud et très humide tout au long de l’année.

Sa situation dans l’océan pacifique en fait le second port au monde après Shanghai.

Singapour : une destination idéale pour s’expatrier en famille

Tout d’abord, la sécurité et la propreté y sont exemplaires. Jeter son mégot de cigarette ou cracher son chewing gum peuvent vous exposer à une forte amende.

Le système scolaire est très fortement plébiscité par les expatriés. Près d’un sur 2 juge le niveau des écoles singapouriennes excellentes.

Cela en fait une destination privilégiée pour s’expatrier en famille.

Mais attention, le coût de la vie y est très élevé comme à Hong Kong. École, logement, auto pèsent lourds sur le budget.

Singapour : une économie dynamique

On la qualifie souvent d’état stable ou de la Suisse de l’Asie. Depuis son indépendance en 1965, un régime démocratique autoritaire y est installé.

Les règles y sont claires, mais la tolérance zéro est de mise.

La fiscalité est basse, de fait de nombreuses entreprises multinationales s’y implantent.

Les secteurs qui recrutent sont :

  • Les services financiers
  • Les hydrocarbures
  • Consulting et ingénierie
  • L’informatique

 

Coté protection sociale, si vous êtes expatrié à la recherche d’emploi et sans statut de résident, il vous faudra une assurance santé internationale.

Vous devrez vérifier ce point même si elle est comprise dans votre package d’expatriation.

Le système de santé et de soins y est de qualité. On y compte près de 25 hôpitaux publics et privés. Mais attention, le coût est exorbitant.

Expatriation : les conditions de retour pour Noël 2020

Expatriation : les conditions de retour pour Noël 2020

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTES

10 décembre 2020

Expatriation Noel Covid19

En temps normal, les expatriés se posent déjà la question de leur retour en France pour les fêtes de fin d’année. Le budget pour le prix des billets d’avion, préparer son séjour, acheter les cadeaux pour la famille…

Mais cette année, en raison de la crise sanitaire, des contraintes supplémentaires risquent de faire pencher la balance pour des fêtes loin de sa famille. La COVID-19 a profondément modifié et restreint les conditions de circulation.

En effet, les autorités françaises imposent des mesures sanitaires en fonction de votre pays d’expatriation. On vous explique cela.

Je suis expatrié français, puis-je revenir en France pour les fêtes de fin d’année ?

À ce jour, tous français, ainsi que sa famille sont autoriser à rentre ne France. Les frontières ne sont pas fermées.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Quelles sont les mesures sanitaires à mon arrivée en France en tant qu’expatrié ?

Le gouvernement français a défini des mesures sanitaires selon votre pays où vous êtes expatrié.

Pays d’expatriation sans restriction sanitaire

Pour les pays suivant, il n’est requis ni quarantaine, quatorzaine ou test PCR :

États-membres de l’Union européenne ainsi qu’Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Royaume-Uni, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse, Australie, Japon, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Singapour, Corée du Sud, Thaïlande.

Pays d’expatriation avec mesure sanitaire à l’arrivée :

Pour les pays suivants, il vous sera demandé un test PCR réalisé moins de 72 heures avant votre arrivée :

Afrique du Sud, Algérie, Bahreïn, Chine, Émirats arabes unis, Équateur, États-Unis, Irak, Iran, Israël, Liban, Maroc, Panama, République démocratique du Congo, Turquie, Russie, Ukraine, Zimbabwe.

Ces mesures concernent les expatriés majeurs et les mineurs âgés de plus de 11 ans.

Pour les autres pays :

Il est vivement recommandé de présenter dès son arrivée à l’aéroport, un test PCR de moins de 72 heures. A défaut de présentation, un contrôle sanitaire pourra vous être imposé afin de vérifier votre état de santé.

Quelles attestations de déplacement dois-je présenter en France ?

Pour tous les pays d’expatriation hormis ceux sans restriction sanitaire à l’arrivée, il vous faudra présenter une attestation spécifique de déplacement.

De même, vous devrez aussi remplir une attestation sur l’honneur d’absence de symptômes d’infection liés au COVID-19. Vous pouvez la télécharger ici.

Sur le territoire français, les déplacements sont restreints. Vous devrez justifier chacun d’entre eux en complétant une attestation. L’application TousAntiCovid vous facilitera les démarches.

En tant qu’expatrié, une quarantaine me sera-t-elle imposée à mon arrivée en France ?

La réponse est non. La quarantaine ou quatorzaine n’est pas systématique. Si à votre arrivée vous présenter un test PCR de moins de 72 heures avec un résultat négatif, une période d’isolement n’est pas requise.

Cependant, en vertu de l’article 24 du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020, toutes personnes présentant des symptômes liés à la COVID-19, se verront prescrire une quarantaine ou une mesure d’isolement par mesure préfectorale.

Je dois me déplacer vers les Outre-Mer. Quelles sont les conditions d’entrée ?

Vous devez produire un test PCR avec un résultat négatif de moins de 72 heures.

Cela concerne toute personne de plus de 11 ans.

Il a été mis en place des mesures spécifiques pour la Guyane, de Mayotte, de la Nouvelle-Calédonie et des îles Wallis et Futuna

Pour ces destinations, vous devez justifier :

  • D’un motif impérieux d’ordre familiale ou personnel
  • D’un motif de santé d’urgence
  • D’un motif professionnel ne pouvant être différé.

Une attestation spécifique est requise. Vous pouvez la télécharger ici.

Penser aussi à votre retour dans votre pays d’expatriation !

Il convient aussi de vous renseigner sur les conditions d’entrée dans votre pays d’expatriation. En effet, chaque état impose des mesures sanitaires spécifiques. Prudence est donc de mise.

Prenons par exemple le cas où vous êtes expatrié aux Etats-Unis. Pour votre retour en France, il n’y a à priori pas de difficultés particulières. Vous devrez présenter un Test PCR de moins de 72 heures, anis qu’une attestation de déplacement et une déclaration d’absence de symptôme.

Mais pour le retour vers votre pays d’expatriation qui sont les États-Unis, c’est une autre affaire.

Si vous êtes bi national avec un passeport français et américain ou détenteur d’une carte verte, alors pas de problème. Vous êtes considéré comme un résident américain.

Si vous êtes sous visas, la situation est plus compliquée. Le Travel Ban mis en place aux USA depuis le mois de mars peut empêcher certains expatriés sous visa de rentrer aux Etats unis.

Il vous faudra dans ce cas, faire une demande de dérogation relative aux National Interest Exception (NIE).

Mais la réponse reste à la discrétion entière des officiers de l’ambassade des États-Unis. Donc votre retour n’est pas garanti !

Vous l’aurez compris, Noël 2020 sera plus compliqué cette année pour les expatriés et leur famille.

S’expatrier en famille : un nouveau départ !

S’expatrier en famille : un nouveau départ !

TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTES

20 novembre 2020

Expatriation Famille

L’expatriation n’est pas seulement l’aboutissement d’un projet professionnel. Il implique bien souvent votre conjoint, vos enfants et votre famille.

En effet, s’expatrier en famille est aborder aussi sous l’angle psychologique, financier et culturel.

Changer de pays, de vie, revient aussi à changer de cultures. En effet, us et coutumes sont différents entre le Canada et Hong Kong.

Pour que votre expatriation soit réussie, il faut donc s’y préparer, anticiper certaines démarches.

On vous éclaire sur le sujet, voici nos conseils.

Expatries : un véritable projet en Famille

Si partir vers un nouveau pays est une expérience unique, il faut bien prendre en considération que chaque membre de la famille doit être inclus et préparer à ce projet.

Le retour d’expérience des expatriés sur ce point est unanime : la cellule familiale doit être solidaire. L’intégration du conjoint et des enfants est essentielle dans le processus d’expatriation.

Nouveau pays, nouveau départ

C’est aussi une nouvelle vie où chacun perd ses repères. Qu’ils soient géographiques, culturels, linguistiques, tout sera différent. L’école pour vos enfants, les relations professionnelles pour vous et votre conjoint.

De nombreux témoignages font état d’une restructuration des liens familiaux. Les premiers mois dans votre nouveau pays, vous aurez probablement peu de relation. Cela favorise le rapprochement des membres de votre famille. On est plus solidaire les uns envers les autres et plus à l’écoute.

C’est une force qui ne doit pas devenir une faiblesse. Il ne faut pas que votre famille reste repliée sur elle-même. Vivre dans un nouveau pays est une opportunité unique de s’ouvrir sur des nouvelles cultures.

Gérer les tensions au sein de la famille en expatriation

Lors des premiers temps de l’installation, des tensions peuvent rapidement faire surface. Les principales apparaissent lorsque l’un des deux conjoints n’a pas de travail sur place.

Ne trouvant pas sa place, le conjoint se trouve en position de « suiveur ». De là, il peut naître le sentiment de sacrifier pour l’autre.

De même, les problèmes d’adaptation à votre nouveau pays sont aussi source de conflits. Il est donc indispensable de communiquer, anticiper les moments de doutes.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Les avantages de s’expatrier en famille...

Ils sont bien évidemment nombreux. Tout d’abord, vous allez vous offrir une nouvelle qualité de vie. Si la France offre de bonnes conditions pour vivre en famille, de nombreux autres pays la surclassent. Helsinki en Finlande en est le parfait exemple.

Pour vos enfants ou votre conjoint, ils vont pouvoir apprendre une nouvelle langue. Devenir bilingue sera pour eux un réel plus dans leur future vie professionnelle. De nombreux expatriés témoignent que leurs enfants sont devenus trilingues. En plus du français et de l’anglais, ils apprennent aussi la langue de leur pays d’expatriation.

Les enfants d’expatriés doivent apprendre à s’intégrer dans un nouveau pays. Cela renforce leur capacité d’adaptation et leur offre un autre vison du monde.

Pour vous ou votre conjoint, c’est l’occasion de se créer un nouveau projet. Entreprendre, faire une formation, du bénévolat. Les occasions sont multiples. Trouver un travail ou une occupation sera un facteur positif pour son intégration.

Enfin, vous aurez une nouvelle sur le monde. Vous gagnerez en ouverture d’esprit.

Assurance Sante Expatrie Famille

…et ses inconvénients

Le choc culturel de l’expatriation

Comme nous l’avons déjà dit, nouveau pays, nouvelle vie et nouvelle culture. C’est un véritable déracinement que l’on subit. Tous les repères sont différents. Même si un pays nous semble proche, il faut s’y préparer.

Prenons l’exemple de ce couple parti au Canada. Installés au Québec, ils ont eu l’impression de réapprendre le français. La gastronomie française leur manquait quotidiennement. L’hiver est long et froid au Québec, cela peut paraître interminable les premières années.

Faire une préparation interculturelle avent son départ à l’étranger peut être une bonne chose. Des coachings existent !

Les enfants et la famille

On s’aperçoit aussi rapidement qu’on n’a plus de grands-parents pour s’occuper des enfants pendant les vacances solaires ou lorsqu’ils sont malades.

Certes, on peut avoir une voisine ou une bonne amie, mais ce n’est pas la même chose.

Les expatriés se plaignent souvent de l’éloignement avec leur famille restée en France.

Expatries : préparer son départ en famille

C’est la clé de réussite et les démarches sont nombreuses.

Trouver des personnes ressources en local.

Il est important d’avoir au moins un contact sur place. Elle pourra vous servir de guide. Elle sera très utile pour les démarches administratives, les visites ou pour trouver un logement.

De même, il est indispensable de se constituer un réseau d’expatriés ou professionnel. Il existe une multitude de moyens de se le créer via les réseaux et les plateformes collaboratives.

Anticiper les démarches administratives

Avant votre départ dans votre pays d’expatriation, vous pouvez anticiper de nombreuses tâches. Il faudra vous constituer une check list. Les points principaux à étudier sont :

Déménagement Expatrié

Votre déménagement : cela va être l’occasion de trier vos affaires. Emporter en priorité celles qui ont le plus de valeur sentimentale. Orientez-vous vers un spécialiste et faites plusieurs devis.

house (1)

La recherche d’un logement : déterminer vos besoins et votre budget. Dans certaines grandes métropoles comme Paris ou New York, les propriétaires exigent que votre salaire soit au moins deux fois celui du loyer exigé.

Scolarité Expatrié

La scolarité de vos enfants : établissement local ou international ? Internat ? Les possibilités sont nombreuses, mais elles doivent correspondre aux besoins de vos enfants.

Visa Eb 5

Le choix d’une Banque : votre statut d’expatrié fait naître de nouveaux besoins. Votre banque peut-elle vous fournir tous les services dont vous aurez besoin ?

Impot Expatrié

Les questions d’ordre fiscal (impôts, taxes,…) : faites le point sur votre régime fiscal vis-à-vis de la France. Où devrez-vous déclarer et payer vos impôts ?

Passport

Les visas et les passeports : vos documents sont-ils valides ? Disposez-vous des visas adéquats ?

Impot Expatrié

Ma protection sociale et mon assurance santé expatrié : il est indispensable de vous renseigner avant votre départ ! Disposerez-vous d’une couverture santé pour votre famille dans votre nouveau pays d’expatriation ? Comment la choisir ?

Doctor

Le point sur mes vaccins : sont-ils à jour ? Par exemple, pour le Viêtnam, il est conseillé de se faire vacciner contre l’hépatite A, et même la rage.

Conduire Australie

Le permis de conduire international : que vous partiez au Portugal ou à Bangkok, les règles ne sont pas les mêmes. Renseignez-vous avant de partir.

open-magazine

L’inscription au registre des Français établis hors de France : il concerne tout Français expatrié qui part plus de 6 mois dans un pays étranger. Il vous facilite les démarches administratives à l’étranger.

Quelles sont les meilleures villes pour s’expatrier en famille.

Comment trouver la ville qui offre le meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?

Afin de faire le bon choix de nombreux critères sont à prendre en considération (la santé, le système scolaire, la qualité de vie, le coût de la vie, le logement). Une étude menée par le site KISI répond à cette question en se fondant sur de nombreux paramètres. Voici le top des 10 des villes où il fait bon vivre :

Helsinki (Finlande) : indétrônable, elle est en tête du classement depuis plusieurs années. Elle réunit tous les critères pour s’expatrier en famille.

Expatriation Helsinki

Munich (Allemagne) : loyers modérés, très bonnes écoles publiques, cette ville a tout pour plaire.

Oslo (Norvège) : c’est la plus grande ville norvégienne. En matière de sécurité routière, en 2019, on ne déplore aucun mort à vélo.

Hambourg(Allemagne) : ville très verte. Ici pas besoin de voiture, vélo et transport en commun suffisent.

Stockholm (Suède) : c’est une ville jeune reconnue pour son système d’éducation.

Berlin(Allemagne) : remplie d’histoire, cette métropole. De grands lacs permettent de s’y baigner en été.

Zurich (Suisse) : plus grande ville de la confédération helvétique. La qualité de vie et la sécurité en sont ses atouts.

Barcelone (Espagne) : il faudra vous adapter aux horaires de la ville catalane. La circulation est un vrai point noir.

Paris (France) : et oui 9e dans le classement. On vous laisse juge des attraits de la capitale.

Vancouver (Canada) : c’est une ville cosmopolite proche de son environnement. Le coût de la vie y est un peu plus élevé par rapport aux autres villes du Canada.

Vous l’aurez compris, s’expatrier en famille est un projet de longue haleine à ne pas prendre à la légère. Travail, école, bien-être de votre enfant ou de votre famille, autant de points à traiter avant le grand départ. Mais au bout du compte une expérience unique pour un grand voyage.

Expatrié : Comment choisir sa banque ?

Expatrié : Comment choisir sa banque ?

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTES

16 novembre 2020

Choix Banque Expatriation

Votre projet d’expatriation est finalisé ? Votre banque actuelle pourra-t-elle vous apporter les services nécessaires aux expatriés ?

Ouvrir un compte bancaire à l’étranger n’est pas toujours l’étape la plus simple.

Quelles sont les démarches que je peux anticiper ? Dois-je garder en compte bancaire en France ? On vous éclaire sur le sujet.

Les démarches à anticiper avant votre départ.

Financer votre déménagement

Lors de la préparation de votre projet d’expatriation, vous aurez une multitude de démarches à réaliser. La principale sera de trouver un logement. Et vous aurez besoin d’un accompagnement bancaire.

La question du choix de votre banque sera alors primordiale.

Votre entreprise a pu prévoir un budget de relocation. Cet anglicisme désigne une prestation en cas d’installation à l’étranger. Souvent, le budget prévu peut être largement inférieur à la réalité. Déménager toutes les affaires d’une vie et parfois même sa voiture peut s’avérer coûteux.

Vous devrez donc peut-être prévoir un crédit avec votre banquier.

Vérifier les caractéristiques de votre carte bancaire

Vous devrez rapidement faire face aux premières dépenses du quotidien. Vous aurez besoin aussi de biens que vous n’avez pas pu emmener. Cela va générer des transactions.

L’ouverture d’un compte à l’étranger peut prendre plusieurs semaines. Il faut donc vérifier avant votre départ que les moyens de paiement dont vous disposez fonctionnent dans la zone où vous allez vous expatrier.

Dans la zone euro, normalement il n’y a pas de soucis. Mais en dehors, cela peut poser problème (en Afrique ou en Asie avec les réseaux MasterCard ou Visa).

Avant de partir, vérifiez que votre réseau bancaire ou de cartes de paiement fonctionne parfaitement sur place.

Il faudra aussi être attentif à vos plafonds de paiement et de retrait. Des dépenses plus importantes sont à prévoir lors de votre installation en expatriation.

Chaque pays a ses habitudes de paiement. Il faudra donc avoir un interlocuteur bancaire spécialisé pour en discuter.

Surveiller vos frais bancaires.

Dès que vous allez sortir de la zone Euro, vous allez être confronté à une multitude de frais. Il y a ceux de paiement de retrait, de change ou pour des virements.

Demandez à votre banquier, s’il peut vous proposer des forfaits adaptés à vos besoins. Cela vous évitera des surcoûts.

Bien souvent, ces forfaits sont disponibles auprès de banques spécialisés pour les expatriés.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Faut-il garder son compte en France ?

Une expatriation est généralement sur une durée limitée. Vous devrez peut-être revenir en France.

De plus, vous pouvez toujours avoir des dépenses en France (impôt, loyer). Il semble donc primordial de conserver un compte en France.

Si vous avez créé une société à l’étranger, vous aurez peut-être une succursale en France. Là encore, un compte bancaire sera nécessaire.

Enfin vos enfants peuvent revenir en France pour leurs études. Afin de louer un appartement, il leur faudra un RIB d’une banque française.

Vos droits :

selon l’article 52 de la loi de simplification et d’amélioration de la qualité du droit (2011), tout Français résidant hors de France dispose d’un droit à l’ouverture d’un compte de dépôt dans l’établissement de crédit de son choix.

En cas de refus de votre banquier, parlez-lui de cet article et au besoin saisissez la Banque de France ou le médiateur bancaire.

Dois-je ouvrir un compte bancaire dans mon pays d’expatriation ?

Bien que non-obligatoire, cela est fortement conseillé. Votre employeur peut verser une partie de votre salaire en France et dans votre pays de résidence.

Vos dépenses courantes devront être payées avec un compte local (abonnement téléphonique, par exemple). Hors zone Euro, c’est quasiment indispensable.

De même, si vous souhaitez créer une entreprise en expatriation, un compte bancaire local sera obligatoire.

Une banque spécialisée pour expatriés dispose d’un réseau international pour vous aider à choisir votre banque.

Dois-je passer par une banque spécialisée pour expatriés ?

Votre statut d’expatrié va générer de nouveaux besoins. Tout d’abord, selon votre pays d’expatriation, vous pouvez avoir un décalage horaire avec la France. Si vous êtes en Floride, les horaires d’appel risquent d’être incompatibles avec votre agence bancaire classique.

Ensuite votre banque doit vous proposer les produits adaptés à votre profil de non-résident. Ils doivent être conformes d’un point de vue fiscal et législatif.

Une banque spécialiste de l’expatriation doit vous apporter ces services et conseils.

Comment gérer mon épargne en étant expatrié ?

Il y a des problématiques spécifiques ; la fiscalité est différente d’un pays à un autre.

De même, il y a des produits d’épargne que vous ne pourrez conserver du fait de votre statut de non-résident.

Nous pouvons par exemple citer :

  • Livret Jeune ;
  • Livret d’Épargne Populaire (LEP) ;
  • Livret d’Épargne Entreprise ;
  • Un Plan Épargne en Actions (PEA) si le transfert de la résidence fiscale se situe dans un Etat ou un territoire non-coopératif (ETNC).

Comment votre banque peut vous aider pour votre retraite en expatriation ?

De nombreux expatriés partent en régime local. Cela implique que ne vous ne cotisez pas à un régime obligatoire français, donc à une future retraite.

Il faut donc anticiper cette question.

Afin de préparer votre retraite, que ce soit par l’épargne, un investissement locatif, ou la bourse, un conseiller spécialisé pourra vous conseiller. Il le fera en tenant compte de vos objectifs, vos besoins et votre foyer familial.

L’investissement immobilier locatif est très souvent plébiscité par les expatriés. Mais vous devez vous faire conseiller par un expert. Un projet mal ficelé, peut s’avérer catastrophique.

Faut-il s’orienter vers une banque en ligne ou une banque traditionnelle pour expatriés ?

Afin de choisir, il faudra comparer les coûts et les services et prendre en compte vos besoins.

Un conseiller est-il disponible à tout moment ? Pouvez-vous avoir un conseiller par téléphone et pas seulement par Chat ?

Autant de questions à se poser avant de faire le bon choix.

De même, une néo banque semble être adaptée pour vous conseiller sur les opérations courantes (retrait, virement, etc.). Mais disposent –elles de service pour les questions liées à la retraite, votre protection sociale ou assurance santé ?

Autant de paramètres à prendre en compte pour faire le bon choix.

Investir dans l’immobilier en tant qu’expatrié

Investir dans l’immobilier en tant qu’expatrié

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTES

16 novembre 2020

Expatrie Investissement Immobilier

En tant qu’expatrié vous pouvez bénéficier de revenus attractifs, et donc d’une épargne plus importante. Vous devrez alors étudier les différents placements qui s’offrent à vous afin de faire fructifier vos économies et développer votre patrimoine en toute sécurité.

L’investissement immobilier suscite de plus en plus l’intérêt des expatriés. Mais la distance peut être aussi un frein. Comment investir en France si je suis à Shanghai ? Quel financement choisir ? Quelle sera la fiscalité de mon placement immobilier en tant qu’expatrié ? On vous éclaire sur le sujet.

Pourquoi investir dans l’immobilier pour les expatriés ?

La pierre fait partie des valeurs refuges. Elle a l’image d’un placement sûr, rentable sur le long terme.

La volatilité des biens est faible, en règle générale.

L’investissement locatif va vous permettre en autre de bénéficier de l’effet levier. En d’autres termes, grâce à l’endettement vous allez augmenter votre capacité d’investissement.

Grace à un apport de 20 %, vous pouvez acheter un logement qui sera destiner à être loué. Les revenus locatifs perçues complétés d’un effort personnel d’épargne remboursent les échéances du prêt.

Cet investissement, une fois remboursé, pourra vous servir de logement lors de votre retour en France ou de complément de revenus pour votre retraite.

Bien entendu c’est un investissement de long terme.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Comment financer mon investissement immobilier en tant qu’expatrié ?

Dans 90 % des cas, c’est une banque sur le territoire français qui va financer cette opération. L’avantage est que vous bénéficiez encore de taux d’emprunt relativement bas.

Vous pouvez aussi faire appel à un courtier en crédit. Il vaut mieux s’orienter vers un courtier spécialiste des non-résidents français ou expatriés. Il vous accompagnera dans les démarches administratives, et les relations avec les banques.

Le fait que vous soyez à l’étranger n’est pas un problème. Cependant, la banque va vous demander un apport un peu plus conséquent. Il sera entre 20 et 30 % du montant total du projet (achat, frais de notaire et travaux).

Comment investir dans l’immobilier quand on est expatrié ?

Le premier obstacle pour l’expatrié est la distance. Effectivement, il est difficile de visiter un bien lorsqu’on est expatrié en Asie ou aux Etats-Unis. Votre investissement doit être réfléchi en ayant une connaissance parfaite du marché.

Pour vous aider, il vaut mieux là encore s’orienter vers des professionnels spécialisés. Ils peuvent être des agences immobilières, des chasseurs immobiliers, des conseillers en patrimoine ou des plateformes digitales.

Les nouveaux outils digitaux permettent les visites par visio, virtuelles, et même la visualisation des futurs travaux.

Il est vivement conseillé de visiter une fois le bien avant l’achat.

Bien sûr, si un de vos proches est sur place, il pourra effectuer les visites et vous en faire le débriefing.

De même, pour la location, les travaux ou l’entretien du bien, de nombreux prestataires existent. Une gestion clé en main et à distance vous évite ainsi de rentrer en France pour vous occuper de votre investissement locatif.

Vous devrez quand même examiner tous les devis de travaux avant acceptation.

Quels sont les points à vérifier pour mon investissement immobilier pour expatriés ?

En tout logique, le premier est l’étude du marché. Que vous soyez à Madrid ou Londres ou Amsterdam, il faut toujours respecter les 3 règles d’or de l’investissement immobilier qui sont : « l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement ».

Bien évidemment d’autres critères entre jeu comme :

  • Le prix au mètre carré
  • La qualité de construction du bien
  • Les charges de copropriété (et la situation des impayés)
  • Le coût de l’entretien du bien
  • Les travaux en prévision
  • Les taxes et impôts

Pour la partie financement, il faudra surveiller les frais de notaire (environ 8 % pour de l’ancien), le coût de l’assurance emprunteur.

Votre plan de financement devra aussi inclure les coûts des garanties de prêts type hypothèque, le privilège de prêteur de deniers (PPD), le cautionnement ou le nantissement. Le cautionnement solidaire ou mutuel est aussi possible.

La fiscalité de l’investissement immobilier pour les expatriés

Là encore, l’avis d’un expert (avocat fiscaliste ou spécialisé) est recommandé. Votre statut d’expatrié peut vous exclure de certains dispositifs de défiscalisation (Scellier, Duflot, Pinel…).

De plus, il faudra calculer les incidences sur les revenus imposables, l’IFI et le calcul de la plus-value immobilière en cas de revente.

En plus de l’impôt sur le revenu, il faudra aussi intégrer les prélèvements sociaux (PS 2020 à 17,2%).

A noter qu’ils peuvent être minorer (à 7.5%) si vous êtes affilié à un régime de sécurité sociale d’un pays de l’Union européenne (UE).

La Caisse des Français de l’Étranger (CFE) n’est pas considérée comme un régime de sécurité sociale permettant une diminution du taux de prélèvement social.

Pour en savoir plus sur la fiscalité des étrangers consultez notre dossier : La fiscalité des expatriés

Les SPCI : une alternative à l’investissement immobilier des expatriés ?

Les SCPI sont les Sociétés Civiles de Placement Immobilier, aussi appelées la « Pierre papier ».

C’est en réalité un produit d’épargne où l’on va investir dans l’immobilier par l’intermédiaire d’une société de gestion.

On ne détient pas en direct un bien immobilier, mais des parts de ce dernier avec plusieurs investisseurs.

L’ensemble des loyers encaissés est reversé aux épargnants après déduction des frais liés à la gestion des immeubles (taxe, frais de gestion, assurance, travaux, etc..).

Les SCPI sont très diversifiées. On peut trouver des SCPI de rendement ou de plus-value (faible rendement mais avec un objectif de plus-value élevé).

Vous l’aurez compris toute la phase de recherche du bien, gestion et entretien est déléguée à une société.  Cela ne nécessite donc aucune intervention de votre part.

Comme de nombreux placements financiers, le capital n’est pas garanti. Il est important là aussi de s’entourer des conseils d’un professionnelle pour que votre investissement soit optimisé.

EXPATRIES : QUELLES AIDES FACE AU COVID ?

EXPATRIES : QUELLES AIDES FACE AU COVID ?

TEMPS DE LECTURE :  3 MINUTES

16 novembre 2020

Aide Secours Expatrie

La crise sanitaire liée au COVID-19 a fortement impacté les entrepreneurs français expatriés à l’étranger. En première ligne, les agences de voyages, réceptifs et propriétaires d’hébergements touristiques ont vu leur chiffre d’affaire lourdement chuté. Certains n’ont plus d’activité. Les restaurateurs souffrent aussi de cette crise.

Dès avril 2020, une aide spéciale Covid-19 a été mise en place par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Quel en est le mécanisme ? Quelles en sont les règles d’attribution ? On vous éclaire sur le sujet.

Qu’est-ce que le secours occasionnel de solidarité ?

C’est une aide sociale mise en place par le gouvernement français destinée aux Français à l’étranger en difficulté. Il a pour objectif de soutenir les expatriés et leur famille pour parer aux besoins de première nécessité.

Qui sont les bénéficiaires du secours occasionnel de solidarité ?

Afin de prétendre à cette aide, il faut :

  • Être inscrits au registre des Français établis hors de France
  • Justifier d’une perte de revenus en raison de la crise sanitaire du coronavirus

Pour plus d’information sur le registre des Français établis hors de France, consulter notre article.

Comment est attribué l’aide du secours occasionnel de solidarité ?

Vous pouvez en bénéficier au maximum 4 fois jusqu’à fin 2020. Elle est versée mensuellement.

Cette aide est cumulable avec un dispositif d’aides publiques locales.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Quel est le montant du secours occasionnel de solidarité ?

Le montant est variable en fonction du pays dans lequel vous êtes expatriés. Pour en connaitre le montant, il faut consulter le site du consulat du pays concerné (voir annuaire).

Par exemple :

En Argentine, il est de 129,14 € pour un couple ou célibataire auquel s’ajoute 86.10 € par enfant à charge.

Pour le Cambodge, il est de 100.20 € pour le foyer et à 66.80 € par enfant à charge.

Aux Etats-Unis, il sera de 251,41 euros (couple ou célibataire). Le supplément par enfant à charge s’élève à 167,61 euros.

Quelles sont les justificatifs à fournir ?

La liste des documents peut varier d’un consulat d’un pays à un autre. Mieux vaut consulter leur site avant de déposer votre dossier.

Cependant en règle générale, il vous faudra fournir :

  • le formulaire de demande d’aide exceptionnelle
  • une lettre expliquant votre situation actuelle
  • une copie du livret de famille
  • une copie de votre carte national d’identité ou passeport
  • les justificatifs des revenus perçus en 2019les justificatifs de la perte ou de la baisse de salaire depuis mars 2020
  • le récapitulatif de vos dépenses de logement (quittance, loyer, tableau de votre prêt bancaire, électricité, gaz, …)
  • votre relevé d’identité bancaire

Quels sont les revenus à déclarer pour percevoir le secours occasionnel de solidarité ?

L’ensemble des revenus du foyer sont à prendre compte. Les revenus salariés, mais aussi ceux locatifs, les retraites.

J’ai déjà perçu un premier versement du secours occasionnel de solidarité. Dois-je présenter à nouveau tous les justificatifs pour un autre versement ?

Si votre situation n’a pas changé, vous devrez alors fournir une attestation sur l’honneur indiquant l’absence de changement de situation.

Mes enfants majeurs sont toujours en scolarité et à ma charge. Peut-on les déclarer pour obtenir une aide ?

Il convient de justifier de leur situation avec un certificat de scolarité.

Les associations d’entraides pour les expatriés

Vous pouvez aussi vous tourner vers les associations ou fondations locales. Ces organismes peuvent disposer de fonds alimentés par les cotisations des adhérents ou des dons. Leur action est complémentaire de celle des consulats. Elles apportent un soutien aux familles en grande détresse, en urgence médicale.

Il existe par exemple l’association des Association d’Entraide des Français du Cambodge (AEFC), le Fonds d’Entraide des Français de Hong Kong (FEF) ou la Fondation d’Entraide des Français en Argentine (FEFA).

L’AEFC a mis en place une aide unique de 300 $ par foyer et 100 $ par enfant. Cette aide est cumulable avec celle de l’ambassade.

Expatriation et mariage : les nouvelles règles

Expatriation et mariage : les nouvelles règles

TEMPS DE LECTURE : 4  MINUTES

16 novembre 2020

Mariage Expatriation

L’expatriation n’est pas qu’une expérience professionnelle. Elle souvent synonyme d’un projet de vie ou de famille. La question du mariage en fait alors partie.

L’union de binationaux s’inscrit d’un cadre juridique complexe, parfois mal maîtrisé par les futurs époux. C’est donc dans un esprit de clarté et de simplification que le Parlement européen a décidé de redéfinir les lois applicables aux couples internationaux.

Quel est mon régime matrimonial lors d’un mariage binational ? Quelles sont les lois applicables en cas de séparation ou décès ? On vous éclaire sur le sujet…

Vous vous êtes mariés entre le 1er septembre 1992 et le 28 janvier 2019 ?

Dans cette situation, les règles qui régissent votre mariage sont celles de la Convention de La Haye du 14 mars 1978. Elles sont entrées en application en 1992 en France.

Durant cette période, les couples qui n’ont pas établi de contrat de mariage ou désigné la loi qui s’appliquera à leur régime matrimonial seront sous les règles de cette convention.

La mutabilité du régime matrimonial

Dans le contexte ci-dessus, la convention en son article 7 prévoit que le régime matrimonial change automatiquement dans 3 cas :

  1. Si vous vivez depuis plus de 10 ans dans un autre pays, votre régime matrimonial sera régi automatiquement par les lois du pays dans lequel vous avez votre résidence principale.
  2. Si deux personnes de même nationalité s’expatrient et décident de se marier dans un autre pays, alors ils adoptent de facto le régime matrimonial du pays de leur union. En cas de retour en France, ils se retrouvent sous le régime légal français.
  3. Deux personnes de même nationalité se marient dans leur pays d’origine. Après le mariage, l’un des deux s’expatrie à l’étranger, le conjoint restant dans son pays. En l’absence de résidence commune, c’est la loi du pays nationale qui s’applique. Si par la suite, les époux ont une résidence commune dans un pays autre que celui de leur mariage, ils seront automatiquement placés sous le régime de leur pays de résidence commune.

Quelles incidences ?

Les portées de la convention de la Haye sont très importantes en cas de divorce ou de décès de l’un des deux époux.

Si en France le régime légal (sans contrat de mariage) est celui de la communauté réduite aux acquêts, il n’en est pas de même dans tous les pays.

La séparation des biens peut être le régime légal, dans certains pays. La protection d’un des deux conjoints n’est alors plus systématique.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Vous êtes mariés depuis le 29 janvier 2019

À compter de cette date, c’est le règlement européen du 24 juin 2016 qui est à prendre en considération.

Il va permettre aux couples binationaux et expatriés, le choix de la loi applicable à leur union.

Quels pays sont concernés ?

Les pays ayant signé cette convention sont la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, l’Espagne, la Finlande, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, Maltes, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, la Slovénie et la Suède.

Quel est le cadre de ce règlement ?

Le règlement prévoit le choix de la loi applicable en fonction :

  • De la nationalité d’un des deux époux
  • De la résidence d’un des deux époux.

Pour un couple n’ayant pas fait de contrat de mariage, ou désigné une loi applicable, le règlement fixe des critères hiérarchisés déterminants la loi qui s’applique au régime matrimonial :

En premier lieu, il prend en considération la législation de la première résidence commune aux époux après leur mariage.

En l’absence de lieu commun de vie après leur mariage, la loi applicable sera celle de la nationalité commune des époux.

Enfin, s’ils sont de nationalité différente, sans lieu de vie commun, la loi applicable celle de l’état dans lequel les mariés disposent de liens les plus étroits au moment de leur union.

Ce règlement reconnaît aussi les PACS (pacte civil de solidarité) dans les mêmes conditions.

Le règlement va servir à répartir une situation entre différents systèmes juridiques. Il va permettre ainsi de déterminer la loi qui va s’appliquer aux futurs époux.

Quels sont les avantages et les inconvénients ?

L’avantage principal de ce règlement est qu’il met fin à la mutabilité automatique du régime matrimonial. Cette modification permet aux couples de ne plus changer de régime sans le savoir !

À noter que, la mutabilité volontaire reste possible.

Par contre, le règlement stipule qu’une fois la loi est déterminée par les époux, elle s‘applique à l’ensemble du patrimoine de ce couple. Il n’est donc plus possible de choisir une loi différente pour les biens immeubles de celle de son régime matrimonial. C’est le principe d’unité de loi applicable.

Par exemple, pour un couple d’Américains qui achetaient un bien en France, il n’est plus pas possible de désigner pour ce bien uniquement un régime conventionnel français qui correspond à leur logique de transmission.

En conclusion, il est important de faire le point sur votre régime matrimonial, selon votre situation.

Il sera peut-être nécessaire d’établir un contrat de mariage ou de désigner spécifiquement une loi applicable lors de votre mariage. Ces actes sont officiels et doivent être réalisés par une personne habilitée.

Comme pour votre assurance santé expatrié, il est conseillé de consulter un expert dans le domaine comme un notaire ou un avocat spécialisé.