Digital nomad : les nouveaux expatriés ?

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES

8 octobre 2021
digital nomad expatrié

La crise sanitaire de la Covid a fortement favorisé l’essor du télétravail. Elle a fait prendre conscience à de nombreuses personnes qu’elles pouvaient exercer leur activité parfois dans un autre pays. Le digital nomad ou nomadisme numérique est en voie de développement.

On peut désormais s’expatrier en Espagne, au Portugal, au Vietnam ou en Thaïlande, tout en travaillant avec des partenaires et des clients à travers le monde. Qui sont les digital nomads ? Quels sont leurs métiers ?

Comment devenir nomade numérique ? On vous explique cela !

Qu’est-ce que le digital nomad ?

On parle de nomade digital pour qualifier des personnes qui exercent un travail dans le secteur du numérique à distance, partout dans le monde.

Le digital nomad n’est pas un métier en tant que tel. Le nomadisme digital ou numérique est plus un style de vie, une nouvelle façon de travailler. ll va permettre de voyager à travers le monde, tout en exerçant son activité.

Internet, la qualité des réseaux, les nouveautés technologiques ont permis le développement de cette nouvelle forme de travail.

Le télétravail, le flex office ou le coworking ont donné une nouvelle vision de la façon de travailler, d’échanger avec ses clients, ses partenaires ou prestataires. Plus besoin d’un bureau fixe, on peut être à l’autre bout du monde et livrer un projet à son client à 2 000 km.

La seule nécessité du digital nomad, c’est une connexion internet stable et de qualité !

Nomades digitaux, un nouveau mode de vie ?

L’essor de l’internet, l’omniprésence de l’informatique et du web accompagne les nouvelles générations de travailleurs.

La dématérialisation du travail est très présente dans certaines professions et principalement dans les métiers du numériques et du web. Cette spécificité permet donc une certaine liberté pour s’établir dans n’importe quel point de la planète, avec son ordinateur et une bonne connexion.

Le free-lance et l’esprit d’entrepreneuriat favorisent aussi cette tendance. De plus, on peut choisir un pays dynamique, avec des pôles de développement et avec un coût de la vie plus faible.

Quitter les grandes capitales ou les prix des logements sont très élevés, les conditions de circulation difficiles, pour une vie au soleil ou à la montagne, c’est aussi un avantage du nomadisme digital.

Cette liberté d’entreprendre va de pair avec une liberté de voyager. On s’installe pour plusieurs mois dans un pays, on découvre une nouvelle culture, de nouvelles coutumes. Pour les entreprises, cela peut être aussi une véritable source de bénéfices et de plus-value.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Quels sont les métiers concernés pour être digital nomad ?

Le statut du digital nomad

Tout d’abord, on peut trouver des nomades digitaux en Freelance ou en télétravail.

Être Freelance, c’est être à son compte. On travaille pour une mission plus ou moins longue avec un ou plusieurs clients. On peut être sous un statut de micro-entrepreneur ou bien s’établir en société (comme une SASU ou une EURL).

Il faut donc réfléchir au calcul de son salaire, ses charges et à une assurance santé. De même, il faudra bien définir les modalités et clauses de votre contrat de freelance avec vos clients.

Vous pouvez aussi être salarié d’une entreprise si on vous autorise la pratique du télétravail, n’importe où dans le monde. La pratique se développe de plus en plus aux États-Unis. Elles offrent aussi de nombreux avantages (suppression temps de transport, moins de stress, une meilleure organisation et un gain de productivité).

Les métiers des digital nomads

La liste est longue et variée. On peut aussi bien travailler dans le webmarketing, que le développement, le SEO/SEA, community manager.

  • Développeur Web ou d’applications mobiles
  • Graphiste, web designer
  • Expert webmarketing, référencement web, gestionnaire de publicité Facebook ou Google, digital marketing
  • Rédacteur web, traducteur, copywriter

Mais aussi

Photographe, blogueur voyage, expertise comptable, coach personnel, cours en ligne.

Quels conseils pour devenir digital nomad ?

Rigueur et organisation

Comme dans tout travail, l faut s’imposer un rythme et une méthodologie. Être digital nomade, ce n’est pas être en vacances toute l’année. Il faut définir ses plages horaires de travail. Cependant, vous pouvez vous-même fixer vos périodes de travail. Rien ne vous empêche de travailler tout en week-end pluvieux, et de profiter de la plage avec un grand soleil le lundi.

De même, pensez aux décalages horaires avec vos clients et prestataires.

Enfin, pensez à vous former dans votre compétence et de nouvelles compétences. Il vous faudra être comptable, juriste, avoir des connaissances en maintenance informatique et bien sûr maintenir vos compétences techniques à niveau. Bref, il vous faudra être touche à tout !

coworking digital nomad

Privilégier un bon environnement de travail

Comme nous vous le disions précédemment, votre quête du Graal, c’est la connexion internet. Partager un wifi où une 20 personnes sont déjà dessus, ce n’est pas idéal.

De plus en plus de villes, à travers le monde, mettent en place des structures de coworking pour accueillir les digital nomads. Il existe des plateformes proposant des espaces de coworking à travers le monde. Des abonnements sont possibles pour quelques jours par mois à un accès illimité. Que ce soit en France, à Lisbonne, à Bali ou USA, il y a des lieux de travails partagés partout.

Vous accédez ainsi à un espace tout équipé favorables aux échanges entre digital nomads. C’est aussi un bon moyen de rompre l’isolement et de se créer un bon réseau.

Autre tendance, le coliving. C’est un compromis entre la colocation et le coworking. Le concept est de partager entre plusieurs nomades digitaux un grand appartement ou une maison meublée. C’est un endroit d’échange et d’interaction propice au travail et à la créativité. C’est aussi un moyen de faire des économies en partageant les frais.

Votre budget et vos revenus

Le digital nomad est bien souvent entrepreneur. Cela veut dire que vos revenus ne sont pas réguliers. Il faut donc savoir gérer vos rentrées d’argent, en prévision de période où vous n’avez plus de missions. Vous n’avez pas recours à une assurance-chômage, et des charges fixent continuent à courir (hébergement, nourriture, assurance santé).

Il est donc important de se fixer un budget. Il est recommandé d’avoir un fond d’urgence. Il correspond à 6 mois de revenus à n’utiliser qu’en cas d’urgence.

La solitude du digital nomad

La vie de digital nomad est essentiellement derrière son ordinateur plusieurs heures par jour. Bien que vos journées soient rythmées par des visios, skype ou autres réunions, cela reste virtuel. Il faut donc s’en accommoder. Des réseaux et communautés existent, contacter les pour avoir des conseils et des astuces.

De plus, à la solitude au travail, s’ajoute l’éloignement avec sa famille ou ses proches. Comme les expatriés, ils ne sont pas aussi à l’abri du mal du pays.

Côté logistique, voyagez léger !

Tous les grands voyageurs vous le diront : « des kilos sur le dos, c’est pas top ! ». Vos bagages peuvent vite peser lourd entre l’ordinateur portable, la tablette, l’appareil photo, les accessoires informatiques et vos affaires personnels.

Il faut en prendre soin, car un mauvais choc peut vous coûter beaucoup d’argent ?

Faut-il un visa pour les digital nomads ?

Voyager et travailler à travers le monde requiert aussi des démarches administratives comme un visa. En effet, un simple visa touristique ne vous permet pas de vous établir dans un pays pour y travailler durant plusieurs semaines ou plusieurs mois. C’est pourquoi les autorités de nombreux pays ont mis en place le visa pour digital nomade.

Ce visa est spécifique pour les travailleurs de passage exerçant une activité de manière indépendante et à distance.

Chaque pays a sa propre réglementation en la matière. Vous pourrez faire votre demande en ligne dans certains cas et dans d’autres, vous devrez en faire la demande à l’ambassade ou au consulat.

Mieux vaut vous renseigner avant de partir. Il faudra dans tous les cas prévoir :

Quelle assurance santé pour les digital nomads ?

Pour obtenir un visa et surtout pour prendre en charge vos dépenses de santé à l’étranger, il vous faut une assurance santé internationale. Lors d’un séjour prolongé à l’étranger, votre mutuelle santé en France ne vous couvre plus. Dans certains cas, en l’absence d’accord ou de convention, la sécurité sociale ne vous couvrira pas en cas d’accident ou de maladies dans un autre pays.

Mais attention, si elle accorde un remboursement, cela se fera sur les bases de remboursements en France. Le reste à charge peut-être très important, car certains pays ont des coûts de santé exorbitants.

Quid de ma carte bancaire ou d’une assurance voyage ?

Elles ont une durée de garantie limitée à 90 jours maximum. Elles n’offrent parfois pas une responsabilité civile, et le plafond de garantie peut-être totalement inadapté par rapport aux pays ou vous vous installez.

Enfin, ces assurances sont dans un but de voyage touristique.

Quid de ma carte bancaire ou d’une assurance voyage ?

Elles sont plus coûteuses, mais elles sont adaptées à votre situation. Elle vous couvre en cas de maladie, accident, pour une simple visite chez un généraliste ou une consultation chez un spécialiste.

Selon votre forfait, elle prend en charge les frais d’optiques (verre et montures) ainsi que ceux dentaires.

Vous êtes couverts sur une zone géographique déterminée à la souscription. Vous pouvez construire votre plan santé à la carte en décidant de vous couvrir simplement pour l’hospitalisation avec assistance rapatriement ou pour d’autres modules comme le dentaire, l’optique, la maternité ou la médecine courante.