S’expatrier en Thaïlande : les pièges à éviter

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES

19 avril 2022
expatriation pièges à éviter en thaïlande

La crise sanitaire du Covid a provoqué le départ de nombreux expatriés français de la Thaïlande. Principalement affectés par de difficultés économiques, ils ont dû se résoudre à quitter le pays. Selon le registre consulaire, il y aurait un peu plus de 13 000 français sur place. Mais ce chiffre semble sous-estimé. On comptait 30 000 à 40 000 expatriés français avant la pandémie.

Nombreux sont encore ceux à vouloir s’expatrier au pays du sourire. Mais attention, un projet d’expatriation mal préparé peut tourner au cauchemar. Il faut donc longuement réfléchir votre décision.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? Quel budget faut-il pour s’expatrier en Thaïlande ? on vous éclaire sur le sujet…

S’expatrier en Thaïlande : un projet mûrement réfléchi

Comme tout projet d’expatriation, partir pour la Thaïlande ne doit pas se faire sur un coup de tête. Il faut toujours se rappeler que l’expatriation n’est pas une fuite, mais une décision réfléchie et mûrie.

Beaucoup d’expatriés se décident après avoir passé quelques semaines de vacances dans les endroits les plus touristiques et les plus festifs du pays. Mais l’ambiance de la plage de Patong, les clubs de Phuket oule soirées de l’île de Ko Pha Ngan ne sont pas la réalité de la vie en Thaïlande.

Il faut donc découvrir le pays dans son entièreté, côtoyer la population thaïlandaise avant de se décider. Préparer sa check-list avant de s’expatrier est passage indispensable.

Anticiper les problèmes de santé

Avant tout départ, il est toujours conseiller de faire un check-up complet en France. Consultation chez son généraliste, cardiologue, bilan dentaire et ophtalmique si besoin. Il vaut mieux faire le maximum de soins en France. En effet, une fois sur place, vous n’aurez pas accès à une protection sociale. Cela veut dire que tous les frais de santé, d’hospitalisation seront à votre charge.

Le gouvernement thaïlandais et les services de l’immigration demandent systématiquement des assurances santés aux étrangers. Selon les visas, votre assurance doit spécifier la prise en charge des frais médicaux et la couverture pour les maladies épidémiques, notamment la COVID-19.

Certains hôpitaux pratiquent aussi une sorte de business avec la santé (sur médication et surfacturation des soins). Il vaut donc mieux une bonne assurance santé expatrié. Santé Mobility vous aide à comparer rapidement et gratuitement les meilleures assurances expatriées pour la Thaïlande.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Travailler en Thaïlande : attention aux emplois interdits

Les autorités thaïlandaises ont une politique protectionniste en matière d’emploi. Aussi, une loi de 1979, l’Alien Employment Act, énumère une liste de métiers interdits aux étrangers.

Donc, en tant que « Farangs » (mot thaï utilisé pour désigner les étrangers blancs), vous ne pourrez pas travailler comme vous le souhaitez.

Travailler en Thaïlande exige des qualifications, des compétences et maîtriser plusieurs langues.

Ce sont 40 métiers interdits aux travailleurs étrangers (dont 13 professions autorisées, mais sous conditions).

Les 27 professions interdites aux travailleurs étrangers en Thaïlande :

  • Sculpture sur bois
  • Conduite de véhicules à moteur, à l’exception des chariots élévateurs à fourche
  • Vente aux enchères
  • Taille de pierres précieuses
  • Coupe de cheveux ou salon de beauté
  • Tissage à la main de vêtements
  • Tissage de nattes ou fabrication d’ustensiles
  • Fabrication à la main de papier de mûrier
  • Fabrication d’objets en laque
  • Fabrication d’instruments de musique thaïlandais
  • Fabrication de niellerie (bijoux thai)
  • Fabrication d’ornements en or, en argent ou en alliage de cuivre
  • Fabrication de bols en métal poli à la pierre
  • Fabrication de poupées thaïlandaises
  • Fabrication de bol à aumônes
  • Fabrication à la main de produits en soie
  • Fabrication d’images de Bouddha
  • Fabrication de parapluies en papier ou en tissu
  • Travail de courtage ou d’agence
  • Service de massage thaïlandais
  • Roulage de cigarettes
  • Guide touristique
  • Vente ambulante
  • Mise en page
  • Bobinage et torsion de la soie
  • Travail de secrétariat
  • Service juridique

Les professions autorisées pour les étrangers sous certaines conditions :

  • Comptable,
  • Ingénieur civil et d’architecte.
  • L’agriculture
  • Maçonnerie, charpenterie, travaux de construction
  • Fabrication de matelas
  • Fabrication de couteaux
  • Fabrication de chaussures
  • Fabrication de chapeaux
  • Fabrication d’accessoires corporels
  • Fabrication de poterie ou d’articles en céramique.
  • Travailleur manuel
  • Vendeur en boutique

Il existe aussi des lois sur le salaire minimum pour l’emploi des étrangers. Ce salaire doit être au moins de 50 000 bahts pour un Français. Le salaire moyen en Thaïlande est d’environ 18 000 baths. Vous coûterez donc beaucoup plus cher pour un employeur. Il est donc difficile de trouver des emplois peu qualifiés. Il est donc indispensable d’avoir un projet professionnel avant de vous expatrier en Thaïlande.

Attention au travail non déclaré en Thaïlande, les sanctions et amendes sont lourdes et c’est le meilleur moyen de se faire reconduire à la frontière.

La pire erreur des expatriés est d’avoir un projet professionnel mal ficelé. Pas d’étude préalable, un mauvais budget financier, un manque d’implication et c’est la certitude que le Guest house ou le bar courent à la faillite.

Quel budget pour s’expatrier en Thaïlande ?

C’est souvent une erreur des expatriés : sous-estimé son budget à l’installation.

Certes, le coût de la vie est moindre en Thaïlande, mais cela ne va pas dire pour autant que vous pouvez y vivre avec 500 € par an.

Il vous faut donc établir un budget prévisionnel avant de partir. Il est nécessaire d’avoir des fonds avant votre expatriation, car il est compliqué d’obtenir un prêt auprès des banques thaïlandaise sans de sérieuses garanties.

La phase d’installation

Si vous n’avez pas de logement, dès votre arrivée, il faudra vous loger en attendant votre location définitive. Selon la région où vous souhaitez vous installer, il faudra compter environ 1 000 € pour un hébergement confortable.

Pour votre logement sur place, opter pour un meublé. Il faut en moyenne compter entre 8 000 et 10 000 baths. A cela ajouter les deux mois de caution.

Selon votre statut d’expatrié (retraité, actif…), il faudra prévoir les coûts du visa. En fonction du visa demandé, vous pouvez être contraint de déposer une certaine somme dans une banque thaïlandaise. Des prestataires de service peuvent vous aider dans ces démarches.

Il faudra aussi prévoir un moyen de locomotion sur place. Le plus utilisé est le 2 roues et particulièrement un 125 cm3. Il faudra prévoir environ un budget de 1 500 €.

Ce sont en moyenne 8 000 à 10 000 € à prévoir pour une bonne installation.

Quel est le budget mensuel à prévoir pour s’expatrier en Thaïlande ?

Suite à votre installation, il vous faudra prévoir les frais pour :

C’est donc un budget d’environ 1 000 € par mois à prévoir pour s’expatrier confortablement en Thaïlande.