Assurance Retraite Expatrié : Faut-il adhérer à la CFE ?

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES

4 septembre 2020
Retraite Expatrie Cfe

La question de la retraite pour les expatriés est aussi importante que celle de leur protection sociale.

Selon votre statut et le pays d’expatriation, les règles diffèrent.

Le baromètre de la protection sociale des expatriés français 2019 (Malakoff Méderis Humanis) montre que plus d’un expatrié sur deux n’a rien prévu en la matière.

La caisse française des expatriés propose une assurance retraite. Comment fonctionne-t-elle ? À qui s’adresse-t-elle ? On vous éclaire sur le sujet.

Quelles sont les conditions pour adhérer à l’assurance retraite de la CFE ?

Cette offre est à destination :

  • d’un expatrié français salarié à l’étranger
  • d’un inactif ou chargé de famille ayant cotisé 6 mois à l’assurance vieillesse obligatoire avant le départ de France et avoir cessé de relever de ce régime depuis moins de 6 mois.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.

Expatriation ou détachement ?

Votre statut est aussi important afin de déterminer la législation à laquelle vous êtes soumis pour la cotisation de votre retraite.

Le détachement

En détachement, vous êtes rattaché au système social français pour une mission exercée à l’étranger. Votre entreprise est basée en France, vous êtes donc rattachés aux régimes obligatoires et complémentaires français. Vous travaillez sous l’autorité de votre employeur français et vous justifiez d’une période d’assurance au régime français de sécurité.

Dans ce cas ; il n’y a pas d’intérêt à l’assurance retraite de la CFE.

L’expatriation

Si vous êtes expatrié, la situation est alors différente. Dans ce cas de figure, c’est le régime obligatoire de retraite local qui s’impose et auquel vous devrez cotisez.

Il existe une coordination au niveau de l’Europe pour les régimes de retraite. Elle concerne les 28 États membres de l’Union européenne, la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein et la Suisse.

De plus, la France a signé des accords bilatéraux de sécurité sociale avec une quarantaine d’autres états et territoires hors de l’Europe.

Ces règlements et conventions permettent la prise en compte des trimestres cotisés lors de votre expatriation pour vos droits à retraite.

Comment sera calculée ma retraite suite à mon expatriation ?

Il existe 4 cas de figures :

1 – Vous avez travaillé dans l’un des 28 états membres de L’UE, la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein et la Suisse :

Les périodes accomplies dans ces états sont prises en compte dans le calcul de votre retraite française. Chaque pays vous versera sa part de retraite en fonction des périodes validées.

 

2 – Vous avez travaillé en France et dans un pays ayant signé un accord de sécurité sociale :

Le calcul de votre retraite tiendra compte des périodes accomplis dans chaque pays. Les modalités de calculs dépendront alors des accords passés entre chaque pays.

3 – Vous avez travaillé dans un pays de l’Union européenne et un pays sous accord de sécurité sociale avec la France :

Votre retraite sera calculée selon les deux modes de calculs, ci-dessus.  Les périodes effectuées dans le pays de l’UE et du pays sous accord ne seront pas totalisées. Après comparaison, le calcul le plus favorable sera retenu.

4 – Vous avez travaillé en France et dans un pays avec lequel l’Etat français n’a pas passé d’accord :

Votre retraite française sera calculée sur la base de votre seule activité en France. Votre pays d’expatriation pourra vous servir une retraite si vous avez cotisé au régime local existant.

Faut-il cotiser à une retraite complémentaire en cas d’expatriation ?

Selon les cas de figures ci-dessus, il y a plus ou moins intérêt.

Dans le cadre d’une expatriation dans un pays de l’UE ou sous convention avec la sécurité sociale, la question se pose. Votre période d’activité à l’étranger sera comptabilisée dans votre calcul de retraite, mais attention aux modes de calcul et conditions d’obtention.

Effectivement, les systèmes de retraite obligatoire sont très différents d’un pays à l’autre, même au sien de l’Union européenne.

S’il est très avantageux au Luxembourg ou en Autriche (près de 80 %), il est très faible au Royaume uni (environ 20 %). En France, il est de l’ordre de 60 %.

Pour un pays sans convention, il est très intéressant de prévoir une retraite complémentaire.

Quels avantages à souscrire à l’assurance retraite de la CFE ?

Tout d’abord rappelons que c’est un régime volontaire. Il peut être pris en charge par votre employeur dans votre pack d’expatriation.

Ensuite adhérer à l’assurance retraite de la caisse des français de l’étranger permet de ne pas avoir de rupture de cotisations. Elle vous assure une continuité de vos droits à l’étranger et dans le monde entier.

Enfin, la Caisse des Français de l’étranger garantie sous conditions la prise en charge des cotisations d’assurance retraite en cas de maladie, maternité, invalidité, accident du travail ou maladie professionnelle.

En conclusion, il est important de se renseigner avant votre départ en expatriation. Vous devez être vigilant sur les accords passés entre la France et votre pays d’expatriation. S’il est hors convention avec la sécurité sociale, informez-vous sur la durée de cotisation pour obtenir une retraite, l’âge légal de départ à la retraite, les conditions de résidence pour obtenir votre retraite.

La décision de s’affilier ou non à une retraite complémentaire se fait souvent au cas par cas, en fonction de votre carrière, la composition de votre foyer et vos objectifs. Il peut être alors opportun de passer par un cabinet spécialisé pour une étude personnalisée.