Brexit : santé, travail, que va-t-il se passer pour les expatriés ?

TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTES

24 mars 2020
Brexit Expatriation

Reporté à deux reprises, l’article 50 du Traité sur l’Union européenne devrait entrer en vigueur le 31 janvier 2020. A partir de cette date, le Royaume-Uni ne fera plus partie de l’UE. Pour les Français et Européens expatriés sur le sol britannique, de nombreuses questions se posent, notamment en matière de couverture santé et de travail.

Quelles conséquences pour la couverture santé des expatriés ?

Les assurances voyage ne sont destinées qu’à des séjours de moins de 12 mois. Complémentaires du régime général de santé et de la mutuelle, elles n’offrent qu’une prise en charge des frais médicaux liés à un aléa survenant durant le voyage.
Ne sont donc pas remboursés les soins et médicaments liés à un problème de santé ultérieur (asthme, diabète, etc).

La couverture santé des expats au Royaume-Uni

Tant que le Brexit n’est pas en vigueur, les ressortissant de l’UE bénéficient d’une couverture maladie encadrée par un accord entre l’Europe et le Royaume-Uni. Ainsi, pour nos compatriotes, trois solutions :

 

  • National Health Service qui est l’équivalent de notre Sécurité sociale mais avec des remboursements bien plus faibles ;
  • Caisse des Français de l’Étranger. La souscription à une mutuelle santé internationale en complément de la CFE offre une meilleure prise en charge, notamment en cas d’hospitalisation ;
  • Assurance santé internationale au 1er euro : cette solution offre des garanties à la carte et bien plus intéressantes.

Pour un futur expatrié, la question de votre assurance santé internationale et de votre protection sociale est primordiale.

Consultez notre dossier « 1er Euro ou Complément CFE, comment choisir ? »  pour tout comprendre.

Après le Brexit, quelle prise en charge en cas de maladie ou d'hospitalisation ?

A compter du 31 janvier 2020, la situation est nettement plus floue, notamment pour les ressortissants qui ne sont pas parvenus à obtenir le statut de résident permanent (settled status). Si celui-ci permet en effet de bénéficier des mêmes avantages que les Britanniques, notamment la gratuité des soins, son obtention relève du casse-tête administratif.

Alors, comment vont être pris en charge les Français expatriés en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation ? Pour le moment, de nombreuses hypothèses circulent, mais aucune ne semble actuellement privilégiée. D’ailleurs, la solution la plus simple serait que le Royaume-Uni et la France signent des accords de réciprocité en matière de protection sociale de leurs ressortissants.

Ce scénario idéal est malheureusement fort peu probable, tout du moins dans les mois à venir. En effet, même si le gouvernement britannique a promulgué une loi autorisant effectivement de tels accords de réciprocité, les avancées sont à ce jour quasi nulles.

Selon toute vraisemblance, on se dirige donc vers un accès aux soins différencié si vous ne disposez pas du statut de résident permanent. La seule alternative est donc pour les expatriés de souscrire à une assurance santé internationale au 1er euro sans attendre le 31 janvier 2020.

Travailler outre-Manche après le Brexit

Si vous prévoyez une prochaine expatriation outre-Manche en vue d’y travailler, là encore, le Brexit risque de considérablement compliquer votre projet.

Quelle reconnaissance de vos diplômes et qualifications professionnelles ?

Les Britanniques ne devraient plus automatiquement reconnaître vos qualifications professionnelles à compter du Brexit.

Toutefois, la reconnaissance de vos diplômes avant et après le 31 janvier 2020 devrait être identique. Les instances britanniques s’appuient actuellement sur la Convention de Lisbonne sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur pour déterminer les équivalences. Elles ont fait savoir qu’aucune évolution n’est prévue et que cela reste d’actualité.

La délivrance d'un visa britannique obligatoire

La sortie de l’UE met obligatoirement fin à la libre circulation des travailleurs. Tout projet de travail au Royaume-Uni impliquera donc l’obtention d’un visa.

Celui-ci ne sera délivré qu’aux femmes et aux hommes disposant de certaines compétences professionnelles, ces dernières n’étant actuellement pas encore énoncées. Par ailleurs, chaque postulant devra faire l’objet d’un parrainage de la part de son futur employeur.

Santé Mobility conseille les expatriés dans leur choix d’assurance santé internationale

Partir à l’étranger, c’est aussi vérifier que sa famille est bien couverte en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation.

Santé Mobility vous propose en quelques clics de comparer parmi les meilleurs contrats santé expatrié et de choisir les garanties qui vous conviennent (frais d’hospitalisation, maternité, consultation, assistance rapatriement). C’est un service gratuit, rapide et complet.